Visite du coteau du Châtel (Feigneux) et de la Pierre Glissoire (Peroy les Gombries)

Samedi 30 juin 2012 nous nous sommes retrouvés à Feigneux à 14h00. Étaient présents : Joël CLAVERIE (Conservateur Bénévole de la Pierre Glissoire), Daniel GIBERT (habitant de Feigneux, très impliqué dans la sauvegarde du patrimoine architectural et naturel de son village), deux membres et le Président de l’association Béthisy-Nature.

Daniel nous a emmené sur la pelouse calcicole du coteau du Châtel, dont 3.15 ha (sur une surface totale d’environ 15 hectares) appartiennent à la commune de Feigneux et sont gérés par le CENP depuis 1994. Il s’agit du versant ouest (donc thermophile) du ru de Feigneux se jetant dans la rivière Automne à Pondron. Le plus simple pour y accéder est de laisser son véhicule sur le parking devant l’église, et d’emprunter le chemin empierré qui y mène (environ 800 m). Un panneau d’information disposé par le CENP est situé juste à l’entrée du coteau. De bonnes chaussures cramponnées sont conseillées, le larris est particulièrement escarpé, comme en témoignent les courbes de niveau de la carte IGN. On a l’impression d’aborder un alpage ! A la fois débroussaillage manuel dans le cadre de chantiers natures et pâturage caprin (chèvres) sont utilisés par le CENP. La floraison de certaines espèces était déjà terminée, mais nous avons pu voir l’Epipactis brun-rouge (Epipactis atrorubens), l’orchis moucheron (Gymnadenia conopsea), la Germandrée des montagnes, la Germandrée Petit-Chène, la bugrane naine (Ononis repens). La présence du Lezard Vert est notée, de la Coronelle Lisse,entre autres. Une fois en haut du larris on admire la vue sur Feigneux, en face sur le versant opposé, ainsi que sur une partie du vallon. On débouche sur la partie plate de la pelouse, très vaste (environ 10 ha !) dont une petite partie seulement est gérée par le CENP, l’autre partie étant située sur la commune de Russy-Bémont. On a constaté le processus de renfermement de la pelouse, pas encore critique mais plutôt inquiétant. L’idéal serait d’y maintenir un troupeau de moutons et (ou) chèvres une grande partie de l’année. Reportez-vous à la fiche d’information sur le site du CENP : http://www.conservatoirepicardie.org/site-naturel-le-coteau-du-chtel-feigneux-158.html

 

Panneau d’information à l'entrée du site, malheureusement vandalisé

 

 

 

Joël nous montre le côté pâturé par opposition à celui qui va l'être.

Partie plate au sommet du larris

Bugrane "Arrête boeufs", Ononis repens (Légumineuses=Fabacées), rare. Attention aux piquants !

Ce rebord du plateau calcaire forme un promontoire, offrant une belle vue sur le village de Feigneux

Magnifique touffe de Germandrée des Montagnes (Teucrium montanum) mèlée à la Germandrée Petit-Chêne (Teucrium chamaedrys, Scrofulariacées))

 

 

Panneau d'information à l'entrée du site de la Pierre-Glissoire.

Nous nous sommes rendus sur le site de la Pierre-Glissoire (commune de Peroy Les Gombries). Il s’agit d’une Lande à bruyères ou Pelouse sur Sable, d’une surface de 15 ha, appartenant à la commune de Peroy, située à proximité de la D 136 entre Ormoy-Villers et Nanteuil-le-Haudouin. Ce site est géré par le CENP, qui avec l’aide des bénévoles et de Joël CLAVERIE a aménagé un sentier de découverte équipé de bornes pédagogiques, entraînant le visiteur sous la pinède pour arriver sur une butte formée de sable et de blocs de grès.

Reportez-vous à la fiche d’information sur le site du CENP : http://www.conservatoirepicardie.org/site-detail-peroy-les-gombries-180.html

 

Laîche des Sables, cousine de la Laîche humble de nos pelouses calcicoles, à côté d'une jeune callune.

Une coupe franche dans la pinède, connectée à la pelouse principale, a été réalisée deux ans auparavant, afin de créer un corridor écologique à travers le Bois du Roy. On note une colonisation rapide de la callune (=fausse bruyère). Une autre coupe à l'opposé de la pelouse est prévue pour prolonger le corridor.

Aménagements destinés à guider les promeneurs et éviter le piétinement et l'érosion de la lande.

Spargoute printanière, petite plante rare et emblématique de ce type de milieu.

 

A la recherche de la spargoute, que nous avons du chercher un bon moment.

De judicieux petits panneaux, bien disposés et réalisés en faïence par un artiste local.

Ces gros blocs de grès sont nommés "chaos". Ils sont fréquemment rompus en leur milieu comme celui-ci. En effet le grès est une roche cassante.

Parcours entre chaos et fausse-bruyère

 

Tous les sites gérés par le CENP se voient dotés de ce petit panneau.

Cratères de fourmilions, très nombreux, situés à l’abri sous le rebord des blocs de grès.

Voici la fameuse Pierre-Glissoire, dotée d'une gouttière évoquant un toboggan.

Nous avons aperçu le Lézard des souches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans BOTANIQUE, NATURA 2000, SORTIES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire