Reconnaitre les principales mésanges de nos jardins

Bonjour,

Les premiers frimas approchent. Beaucoup d’oiseaux reviennent de leur lieu de nidification pour venir visiter nos jardins à la recherche de généreux donateurs de graines !

Généralement bien connues, les mésanges bleues et charbonnières ne posent pas de difficulté pour la détermination. D’autres mésanges en revanche peuvent venir défiler de temps à autre dans nos jardins. Moins connues elles méritent qu’on s’y intéresse aussi.

Une recommandation concernant les mangeoires : l’hiver dernier la « Paxovirose » (maladie virale avec observation de lésions sur l’animal) a contaminée de nombreuses Mésanges et particulièrement la Mésange charbonnière. Les nodules cutanés sont généralement visibles au niveau de la tête mais peuvent être également observés sur les pattes.

Pour éviter au maximum cette contamination mieux vaut laver la mangeoire de temps à autre à l’eau savonneuse. Pour les mangeoires du commerce, le toit est généralement petit et ne couvre pas toujours l’ensemble. Bilan des courses : les graines sont mouillées ce qui pourrait être (mais je reste prudent) également facteur de germes. N’hésitez pas à me remonter les informations : un centre vétérinaire de la faune sauvage étudie spécifiquement cette maladie aviaire ne touchant que les oiseaux.

 

Mésange charbonnière (Parus major) arborant sa fameuse « fermeture éclair » ventrale.

Mésange bleue (Parus caeruleus) à la calotte bleue caractéristique.

Mésange nonnette (Parus palustris) mésange plutôt « terne » avec une calotte et une mentonnière noire.

Mésange noire (Parus ater) aux joues blanches. Une tache blanche caractéristique sur la nuque (non visible sur la photo) permet d’éviter toute confusion avec une autre espèce. De petite taille (identique à la mésange bleue).

Mésange huppée (Parus cristatus) : inutile de préciser la caractéristique de l’espèce…!

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus). Souvent à plusieurs, cette mésange ne reste pas en place ! Sa grande queue est aussi un signe bien distinctif.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de bonnes observations au coin du feu !

L COLINDRE

 

Textes et photos de l’auteur. Tous droits réservés. 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Reconnaitre les principales mésanges de nos jardins

  1. emmanuel dit :

    Merci Laurent, pour ce beau reportage. Il manquait un spécialiste faune à notre association, nous sommes très heureux que nous ais rejoints !

Laisser un commentaire