NATURA 2000 EN PRATIQUE

Ci joint un article du monde un peu ancien (19 janvier 2011), mais qui a le merite de reveler les faiblesses du systeme.

Cela doit renforcer la motivation des membres des structures locales comme Bethisy Nature pour participer activement a la preservation du patrimoine naturel.

 
<table border="0" cellpadding="0">
<tbody>
<tr>
<td>
<h1>Les rates de la protection de la biodiversite en Europe</h1>
Copyright LEMONDE.FR 19.01.11

&nbsp;

"Un grand jour pour les saumons, les loutres et les forets de hetres" : c’est sur le mode triomphal que la Commission europeenne a annonce, mi-janvier, l’extension du reseau Natura 2 000, pilier de la protection de la biodiversite en Europe.

En apparence, les Vingt-Sept ont de quoi pavoiser. Le reseau, que la Commission vante comme l’un "des plus avances, des plus etendus et des plus flexibles au monde", atteint 18 % de la surface terrestre de l’Union europeenne (UE) – contre 13,5 % de surfaces protegees en moyenne dans le monde. L’Union devance l’obligation de proteger 17 % des terres d’ici a 2020, fixee lors de la conference sur la biodiversite de Nagoya (Japon) en novembre 2010.

La realite est moins glorieuse. Bien que Natura 2000 – issu des directives oiseaux (1979) et habitats (1992) – soit ne il y a vingt ans, l’Europe n’a pas reussi a freiner la disparition de ses especes animales et vegetales. La premiere evaluation de l’etat de la biodiversite protegee par Natura 2000, parue en 2009, montre que seulement 17 % des especes et des habitats concernes sont dans un bon etat de conservation. "On est tres loin du compte, previent Ronan Uhel, directeur du departement systemes naturels de l’Agence europeenne de l’environnement (AEE). C’est un signal d’alarme extremement fort.""Les resultats sont insuffisants", reconnait Joe Hennon, porte-parole du commissaire a l’environnement Janez Potocnik.

Sur le papier, le systeme est pourtant unanimement juge excellent. En vertu des deux directives fondatrices, les Etats doivent definir des zones de protection d’especes et d’habitats (forets, landes, tourbieres, marais…) consideres comme particulierement rares, precieux, menaces, ou representatifs de la biodiversite europeenne. Ils ont ensuite l’obligation de les maintenir dans un "bon etat de conservation", qu’ils doivent evaluer regulierement. Si l’echec est au rendez-vous, ils s’exposent a un contentieux europeen, donc a de lourdes amendes. "L’Europe montre l’exemple, estime Gilles Kleitz, charge des projets biodiversite a l’Agence francaise de developpement (AFD). Ni les Etats-Unis ni l’Australie n’ont une approche aussi systematique."

Mais la mise en ?uvre est chaotique. Confrontes a des resistances sur le terrain, les Etats ont mis vingt ans a accoucher du reseau terrestre desormais finalise. "Mais il y a, par exemple, une grande difference entre l’Espagne, qui a designe des zones immenses, et la Grande-Bretagne, qui a un reseau de petits sites morceles", releve Peter de Pous, responsable de campagne au Bureau europeen de l’environnement (BEE), une coalition d’associations. Quant au reseau marin, il sort des limbes.

<strong>Processus lent</strong>

Mais ce sont surtout les mesures prises dans ces zones – ou leur absence – qui posent probleme. L’objectif de Natura 2 000 n’est pas de creer de nouvelles reserves, mais de concilier activites humaines et protection de l’environnement. En theorie donc, rien n’y est interdit : construction, chasse, peche, agriculture… Mais ces activites doivent etre compatibles avec la protection de la nature.

"Parfois une activite ne peut pas avoir lieu, parfois oui, mais en etant concue differemment, explique Lucile Rambaud, du bureau Natura 2 000 au ministere de l’ecologie. Si aucune alternative n’est possible, des mesures compensatoires doivent etre prevues." En Pologne, une autoroute qui traversait une importante zone humide classee Natura 2 000 n’a pas ete construite. "Le reseau a un impact positif, affirme M. de Pous, du BEE. Sans lui, les choses seraient sans doute bien pires. Mais la volonte politique fait defaut pour l’appliquer."

Les contre-exemples abondent, en effet. En France, la federation France nature environnement a recense quelque 300 sites Natura 2 000 "impactes ou menaces" par divers projets (autoroutes, constructions, ouverture de pistes en forets…), dont 30 sur la seule ligne a grande vitesse sud-ouest. La France vient d’ailleurs d’etre contrainte par Bruxelles d’appliquer la reglementation sur Natura 2 000 de maniere moins laxiste.

Par ailleurs, Paris a fait le choix du volontariat et de la contractualisation entre acteurs d’un territoire (elus, agriculteurs, entreprises, chasseurs, ecologistes…) pour definir les objectifs a atteindre dans chaque zone, et les eventuelles mesures de gestion a mettre en oeuvre (implantation de haies, debroussaillage, restauration de zones humides ou de clairieres…). Le processus est lent : 300 sites n’ont toujours pas de "documents d’objectifs". Parfois, ceux qui sont acheves ressemblent a des coquilles vides.

"Certains pays ont fait le choix de mesures plus coercitives", releve M. Kleitz. La prochaine evaluation des especes et des habitats vises, qui doit avoir lieu en 2013, dira quelle est la methode la plus efficace. Mais le reseau Natura 2 000 ne pourra, de toute facon, lutter seul contre les degats de l’agriculture intensive, du morcellement lie aux infrastructures et de l’extension des villes. "Les objectifs de protection de la biodiversite ne seront atteints que si les grandes politiques sectorielles, l’agriculture, les transports et l’urbanisme, en tiennent enfin compte", resume M. Uhel.

Gaelle Dupont</td>
</tr>
</tbody>
</table>
&nbsp;
<table border="1" cellpadding="0">
<tbody>
<tr>
<td width="20"></td>
<td><em> 739 sites supplementaires</em>&nbsp;

<em> Extension. Avec les 739 sites ajoutes debut janvier, le reseau Natura 2 000 couvre 18 % de l’Union europeenne et 130 000 km2 en mer.</em>

<em> Classement. Slovenie, Bulgarie, Grece, Slovaquie, Espagne ont les plus grandes surfaces protegees. Danemark, Estonie, Royaume-Uni, Lituanie, Irlande, les plus faibles.</em>

<em> Principe. Parcs nationaux et reserves font partie du reseau, mais dans les zones Natura 2000, qui sont plus vastes, les activites humaines restent possibles. </em></td>
</tr>
</tbody>
</table>
&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;&lt

Ce contenu a été publié dans NATURA 2000, Revue de Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire