Les Syrphes : un autre groupe taxonomique pour appréhender la qualité des milieux

Spaerophoria scripta - Fresnoy la Riviere (60) - 20aout13 (1)-1 Chrysotoxum bicinctum (femelle) - Saint Pierre es Champs (60) - 19aout13 (1)-1

Les Syrphidés sont une famille de l’ordre des diptères. En Europe, on compte approximativement 850 espèces et un peu plus de 530 espèces pour la France. Leur principale caractéristique morphologique est l’aspect mimétique emprunté majoritairement aux hyménoptères, ainsi qu’à d’autres groupes d’insectes ou encore à des fleurs… Les mâles montrent tous des phases de vol stationnaire, ce qui permet de les distinguer de la majorité des autres insectes volants.

P1010188

Un piège à interception (tente Malaise – cf photo) a été posé par le Conservatoire d’espaces naturels de Picardie au sein du bois de Beaumont le 18 mars 2015. Il permettra de capturer pour identification les Syrphes. N’étant pas sélectif, les autres insectes capturés seront valorisées par la suite en fonction des experts identifiés pour tel ou tel groupe. Le but de cette étude sur les Syrphes est triple :

  • Améliorer la connaissance des espèces présentes en Picardie et leur répartition

  • Essayer d’évaluer la qualité des boisements présents sur le site

  • Avoir un état initial avant les possibles travaux de remise en lumière des pelouses calcaricoles sous-jacentes.

 

 

L’étude des Diptères Syrphidae comme indicateur de la qualité de milieux naturels est actuellement impulsé au niveau national par un groupe inter-réseau piloté par Réserves Naturelles de France et les Conservatoires d’espaces naturels.

Ces insectes ont été identifiés comme bon indicateur de l’intégrité écologique d’un site pour les raisons suivantes:

– la majorité des espèces peuvent être facilement identifiables.

– l’écologie de 95 % des espèces françaises est connue (habitats occupés, alimentation des larves, traits de vie).

– contrairement à d’autres groupes d’insectes, les syrphes sont présents sur une large gamme de types d’habitats. Les informations écologiques disponibles sur les espèces attestent d’un haut degré de fidélité écologique de nombreuses espèces. Les Syrphes peuvent fournir des informations sur toutes les strates verticales d’un milieu, des zones racinaires de graminées à la canopée des arbres en forêt.

– les trois groupes trophiques sont présents chez les larves de Syrphes : espèces zoophages, phytophages et saprophages. Cette particularité, au sein de la même famille, permet de couvrir les trois groupes trophiques fondamentaux d’un écosystème.

– en terme d’échantillonnage, il existe une méthode standardisée de collecte des syrphes par l’utilisation du piège Malaise.

– le temps de génération des différentes espèces (de 8 semaines à 2 ans), couplé à leur mobilité rapide et aux différents habitats occupés, font des Syrphes un groupe qui donne des informations sur des changements à court (saisons) et à long termes des conditions du site.

– il existe une base de données où figure plus de 650 espèces avec les informations concernant leur écologie (période de vol, développement de larves, types d’habitats, de microhabitats occupés…).

A l’état adulte, les Syrphes ont un mode d’alimentation très homogène : ils se nourrissent de nectar ou de pollen, exceptionnellement de coulées de sève. Cette exigence alimentaire explique leur rôle important de pollinisateur notamment vis-à-vis du monde agricole. De plus, de nombreuses espèces se nourrissent de pucerons à l’état larvaire confirmant leur rôle précieux d’auxiliaires des cultures.

Pour l’instant, la synthèse bibliographique régionale réalisée et les inventaires réalisés depuis quelques années mentionne la présence de 176 espèces en Picardie.

Ce contenu a été publié dans Faune. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire